Que ce soit les hommes ou les femmes, la peur de s’engager devient de plus en plus fréquentes au sein d’une relation. Même si on s’attache à la personne, franchir certains caps s’avère très difficile voir presque impossible. Les doutes et les appréhensions s’accumulent. Malgré tout, on aimerait s’abandonner à l’amour et réussir à consolider l’amour, mais l’enjeu nous effraie. On est terrifié par l’inconnu et de tous ces risques qui s’y affilient. Pourquoi avons-nous aussi peur de s’engager ? Quels sont les causes de cette réticence ? En répondant à ces questions, c’est quelque part prendre conscience de ce qui coince et ainsi faire un travail sur soi pour y remédier.

1/ Peur de l’échec

Faut pas se mentir, l’amour n’est plus aussi simple qu’auparavant. Avec plus d’un divorce sur deux, nombreux deviennent réticents à construire, s’investir pour risquer de tout perdre du jour au lendemain. C’est vrai après tout, on essaye, on y croit et on a une chance sur deux que cela ne fonctionne pas. Alors pourquoi vouloir retenter de gravir les étapes, parvenir presque au sommet pour que tout se casse la figure en un claquement de doigt ? On possédait un si beau château de cartes, que quand celles-ci nous échappent, repartir à zéro avec un autre, est plus que compliqué. Donc certains ont préféré se raviser et y réfléchir à deux fois avant de s’engager.

2/ Peur de souffrir

Comment prendre le risque de s’engager quand on a tant souffert par le passé ? Parfois certaines plaies sont indélébiles et risquer d’accroître la cicatrice, nous semble impossible. Quand on est restée sur une histoire qui s’est achevée dans la douleur comment vouloir retenter l’aventure ? La peur de souffrir reste omniprésente et donner son cœur à l’autre est trop dangereux. On se condamne à la solitude car elle seule, nous permet de garder le cap et de ne pas intensifier notre souffrance. Même si on sait qu’on peut passer à côté du grand amour, rechuter une énième fois serait la fois de trop. Les désillusions sont terminées et même si au fond, on a mal de réagir ainsi, on ne peut se résoudre à faire autrement. Le passé et son ressenti est ancré dans notre mémoire. Pour l’occulter, il faudra du temps et réapprendre à s’ouvrir de nouveau à l’amour.

3/ Peur de perdre sa liberté

Quand on n’est pas engagé, aux oubliettes les responsabilités et le partage de son temps. On peut vaquer à ses occupations, voir ses amis à pas d’heure, personne ne peut nous dire quoique ce soit. Lorsque l’on s’engage dans une relation, on sait pertinemment qu’on n’aura plus cette même liberté. Que les décisions essentielles devront être prises ensemble, qu’il faudra passer la majorité de son temps à rendre des comptes à l’autre. Et pour certains, cela s’assimile à s’emprisonner dans une relation où respirer devient presque impossible. Vivre sa vie comme on l’entend sans aucune restriction ne peut aucunement se réaliser à deux. Bien entendu, cela ne reflète pas la réalité, mais ceux qui ont peur de s’engager se sont conditionnés à penser ainsi. Et presque rien ne pourra les faire changer d’avis, à part rencontrer cette moitié qui saura s’adapter à cette appréhension.

 4/ Peur de ne plus pouvoir s’amuser

Hommes ou femmes, certains préfèrent continuer d’être célibataires pour tout simplement être libres d’enchaîner les conquêtes sans blesser qui que ce soit. Ils ne s’imaginent aucunement s’engager car cela leur semble incompatible avec ce besoin de plaire. En parallèle, ils peuvent se lasser relativement vite de leurs partenaires. Au bout d’un temps restreint, l’envie de passer à autre chose devient trop intense. Donc ils préfèrent éviter toutes formes de relations sérieuses. La séduction est primordiale dans leur quotidien. Ainsi se réserver qu’à une seule personne toute leur vie, leur est quasiment impossible. Même si parfois, ils peuvent rêver d’amour, leur naturel reviendra au galop. Jusqu’au jour où peut être ils rencontreront leur double, celui qui leur donnera l’envie d’être lié ensemble pour un avenir en commun.

5/ Peur de reproduire le même schéma familial

Les enfants de parents divorcés peuvent avoir l’appréhension de reproduire les mêmes actions qu’eux. Ils connaissent les conséquences d’une rupture et ne veulent imposer ça à qui que ce soit. Alors, ils ne se marieront qu’à condition d’être sûr de l’autre ou ils préféreront ne jamais prendre ce type de risque. Peut être que durant leur enfance, les cris et les drames ont bercé leur quotidien. Alors pourquoi vouloir retracer le même chemin ? Quand un adulte a eu l’exemple du déchirement au sein du couple de ses parents, il ne peut occulter cet état de fait.

Il en a souffert et ce, dès le plus jeune âge. Il a cerné directement, les dérives possibles de l’amour. Alors inconsciemment, il s’est créé cette carapace et s’engager avec une femme ou un homme devient une situation trop instable dans l’avenir pour s’y contraindre. Donc la personne restera en surface dans ses relations et dès que la phase de la consolidation approchera, il y réfléchira à deux fois pour ne pas ressembler à ceux qui l’ont élevé.

6/ Une ancienne histoire inachevée reste dans notre esprit

Si vous côtoyez un homme ou une femme qui ne veut pas s’engager, ce n’est peut être pas, par peur de l’avenir mais juste qu’une autre personne reste dans ses songes. Comment vouloir concrétiser une relation pour qu’elle devienne sérieuse si quelqu’un envahit notre esprit ? Généralement, on essaye de l’oublier avec le temps mais si celui-ci n’apaise rien, et bien c’est là qu’on se pose les bonnes questions. On se rend compte que notre ex nous manque justement au moment où l’on doit s’engager avec un autre. C’est triste mais c’est ainsi. L’humain a des capacités pour occulter mais il ne peut enfouir ses vrais ressentis tout au long de sa vie. Un jour ou l’autre tout revient comme un boomerang et quand on pense encore à son ex, difficile d’aimer quelqu’un d’autre.

7/ Ne crois plus en l’amour

A force d’avoir été blessé ou déçu, on décide de barricader notre cœur. On se persuade que l’amour n’existe pas, du moins qu’il n’est pas fait pour nous. Sa magie ne nous emporte plus. Ce sentiment est assimilé à un danger, à un risque colossal qu’on ne saurait maîtriser. On décide donc de tirer une croix sur sa croyance et on se résigne à rester seul pour de bon. Même si l’amour nous entoure par le biais des autres, on n’y prête plus la moindre intention. Finis de rêver d’amour,  de chercher l’âme-sœur.  Une personne qui a peur de s’engager s’est fermée à l’idée même d’aimer. Même si elle peut en rêver parfois cela ne restera que du ressort des songes et nullement une réalité qu’elle souhaiterait appliquer.

8/  Est-ce vraiment la perle rare ?

Et là un jour, on fait la rencontre de cette personne qui bouleverse la donne, qui chamboule notre vision de l’amour. On est attiré, on a envie d’y croire mais nos craintes nous assaillent. Et pire encore, elles nous questionnent sur les aboutis de cet éventuel engagement. Les questions se bousculent afin de réussir à trouver le stratagème pour repousser cette personne qui nous fait succomber. Et oui, on devient exigeant avec le temps et pour s’engager, on désire que l’autre soit parfait. Qu’il corresponde parfaitement à nos attentes, quitte à passer à côté d’une belle histoire. On cherche cette perle rare, l’unique, celle qui sera là pour la vie. Mais comme en parallèle, on ne croit plus en son existence, même si on rencontre celle ou celui qui nous convaincra du contraire, on ne peut se laisser-aller mise à part, si la perfection est de mise…

Avoir peur de s’engager n’est pas synonyme d’un mal d’amour ou d’un manque de sensibilité. Mais plutôt relatif à son vécu. Par conséquent, on s’est créé des automatismes de défenses pour ne pas sombrer à nouveau. Ou pour tout simplement garder sa vie intacte comme elle est actuellement, ni plus ni moins. Car quoi de mieux que de posséder une vie qui nous ressemble ?

A lire également : Peur de l’engagement : comment le faire changer d’avis ?