Nul doute que l’amour fait souffrir… Quand on décide de donner son cœur à l’autre, on s’expose au risque qu’on nous le brise. Lorsque l’on se renferme à l’idée d’aimer pour éviter de sombrer, la solitude nous pèse et on se fustige de ne trouver personne qui nous convienne. L’amour est beau, si beau que quand il ne va pas dans notre sens, on plonge dans la mélancolie, la tristesse et parfois même dans l’autodestruction. Aimer c’est accepter les règles du jeu qui peuvent être fastes autant que néfastes.

On apprécie l’idée d’être en couple, d’être dans la séduction ou de plaire, mais sur le fait accompli les choses ne se passent pas toujours aussi bien que l’on souhaiterait.

Conséquences : déceptions et méli-mélo de nos sentiments avec une perte de confiance en nous dans le domaine de l’amour. Pour les plus chanceux cela sera de court instant, quand pour d’autres cela retentira comme la fin d’une belle romance autant que la chute de tous les espoirs fondés…

Une conception définie de l’amour et de son idéal

L’amour et nous, une grande histoire de rêves, de projections multiples et d’idéaux. On recherche tous cet âme-sœur qui saura nous aimer comme personne et qu’on aimera en retour, sans foi ni loi. Cet inconnu qui nous libérera de tous nos fardeaux et qui nous rendra heureux en continu. On aspire à le rencontrer et que tout se passe pour le mieux sans qu’aucune ombre ne vienne noircir le tableau.

Ces traits, on se les imagine depuis tout jeune, comme les contours de son visage et la vie qu’on mènerait à deux mêlant la passion, le désir et l’amour véritable.  On se conditionne, on se prépare à le vivre perpétuellement. Et puis, on se confronte à ce qu’on nommerait l’amour et on en déchante aussitôt. On s’aperçoit que nos belles mélodies deviennent mélancoliques et que l’amour n’est pas aussi idyllique qu’on l’avait prédit. On a tant misé sur la concrétisation de nos rêves, qu’on ne peut se résoudre d’accepter cette relation éloignée de notre conception du couple.

Alors on abandonne la partie, pensant trouver mieux ailleurs. On se persuade qu’on fait les bons choix car notre bonheur en dépend. Tant pi si l’herbe est moins verte chez un(e) autre, je veux vivre ma propre histoire d’amour. Un obstacle, une épreuve ou une incompatibilité sur un trait de caractère ? Pas la peine, je quitte cette relation car je suis sûr qu’ailleurs, je trouverai ma perfection, celle qui me fera vivre mon conte de fée conceptualisé.

L’amour fait souffrir cet individu en quête de perfection qui se perdra dans sa solitude autant que ceux ou celles qui ont été quittés injustement, sans aucune raison particulière.

Société de consommation

Notre société, l’île paradisiaque de la tentation féminine et masculine. Que cela soit par le biais des médias, des publicités ou Internet, on peut trouver l’amour en quelques minutes. Alors pourquoi perdre son temps dans une relation avec une seule personne ? Mieux vaut goûter aux délices du célibat et apprécier ces si bons instants, que de s’engager en passant à côté des plaisirs de la vie. Alors on passe d’une fille à l’autre, on charme les hommes un à, un en se rassurant que notre beauté plaira toujours autant.

Et puis, il y a ceux qui veulent réussir une vie à deux. Ils font leur maximum pour que cela marche. Mais le destin nous réserve toujours certaines surprises et quand celles-ci se présentent soit ça passe soit ça casse. Les couples unis vaincront et en ressortiront plus forts, quand d’autres iront voir ailleurs. Et oui,  pourquoi vouloir s’embêter avec des querelles qui n’en finissent plus quand ce bel(le) inconnu(e) nous rendrait la vie plus simple…

Alors on passe à autre chose, oubliant ce que l’on a déjà construit ensemble. Tant pi, il y en a tellement d’autres, que je trouverai toujours mieux qu’à l’heure actuelle. Donc on ne se bât plus autant qu’avant. On préfère errer d’une relation à une autre dès que cela devient trop compliqué à gérer, que de tout faire pour surmonter les aléas du couple.

Les souffrances du passé handicap le temps présent

L’amour  nous a tous pris pour cible par le passé. On était jeune, naïf et on s’imaginait l’amour être éternel. Et puis on a rencontré ces détracteurs qui nous ont fait comprendre que rien n’était acquis. Que tôt ou tard, les larmes viendront perler sur notre visage. On a été déçu, trahi et maintenant on est suréquipé pour éviter de sombrer à nouveau. Alors nous ne sommes plus aussi gentils et accessibles qu’auparavant. Notre carapace et notre ego viennent changer la donne et malgré que l’on s’attache, on s’imagine la fin plus proche que jamais.

On fait attention de ne pas reproduire les mêmes erreurs du passé. Nos souffrances de la veille handicapent nos attentions du présent. Malgré tout, on tente l’aventure car on sait que l’amour peut nous sauver des flammes du désespoir. Mais on ne cesse d’appréhender les lendemains, réalisant que les ruptures de la veille peuvent tout autant réapparaître actuellement.

Automatiquement on ne vit pas pleinement nos relations sentimentales. On attend que cela en vaille le coup mais le temps passe et trépasse. Et à force de ne pas trop s’investir comme pour se protéger, l’autre devient lasse. Et encore une nouvelle séparation vient rythmer notre cœur qui en a plus qu’assez d’être lâchement abandonné…

L’engagement : l’étape décisive

On rencontre un homme ou une femme, on s’attache, on s’apprivoise. On a envie d’y croire et cette fois-ci on n’y dérogera pas. Alors on respecte les règles de l’amour et on se laisse porter par ses notes. Pour une fois, on ne se pose aucune question et on verra le moment venu. Le temps passe mais rien ne change. En conséquence, on tente le tout pour le tout et c’est là que le début des problèmes commence.

L’engagement soit la concrétisation de notre amour. On veut que l’autre nous montre qu’il nous aime et qu’il souhaite faire de nous l’élu(e) de son cœur. Alors on ose la confrontation et exprimer nos envies pour notre couple. Et puis, viennent les hésitations, le silence et l’évitement du sujet de l’amour. On s’y perd, on ne comprend plus. A l’intérieur de soi, on y croyait, on pensait que l’amour était assez fort pour passer outre de la peur de l’engagement.

L’autre souhaite prendre la fuite car il se sent pris au piège. Il a tant souffert par le passé, qu’il est bien trop tôt pour s’engager avec celui ou celle qu’il aime. Donc il agira de manière incompréhensible voir même tirera sa révérence. Il en souffrira et le regrettera avec le temps. Et cet autre qui se retrouve seul sur le carreau a ouvert son cœur pour ne recevoir que déception et abandon.

L’amour fait souffrir encore une fois car les deux ont mal mais ne se le diront jamais car leurs chemins viennent de se séparer…

L’amour à la haine

Les incompréhensions, les rancœurs et les frustrations bercent notre quotidien sentimental. On a beau s’aimer et être heureux en ménage, les tensions s’accumulent malgré tout. Plus on aimera une personne, plus ses dires nous toucheront profondément. Plus celle-ci agira à l’encontre de vos principes plus elle vous blessera. C’est tout à fait logique car quand on est attaché à l’autre on fonde tous nos espoirs en lui.

Quand une personne nous déçoit par un acte ou une parole déplacée, cela nous va droit au cœur. On est touché par l’impact de ses mots ou de ses gestes. On lui en veut et on ne cesse de ressasser ce moment où le mal a été fait. Quand on aime quelqu’un, on peut tout autant le détester par instant. Forcément, on attache de l’importance à ce qu’il peut penser de nous. Lorsque l’on se sent jugé négativement par l’autre, on ne peut qu’être affecté et troublé par ses dires. On s’imagine qu’à force, il va partir et ne jamais plus revenir…

L’amour est sensationnel mais quand s’en suit la haine, elle est d’autant plus exceptionnelle. Il n’y pas d’amour sans colère et passion. Aimer, c’est accepté la perte de contrôle de ses sentiments, l’ascenseur émotionnel  perpétuel. On aime, on est surpris, on se cherche, on se trouve, on se dispute, on s’en veut, on cogite, on revient…on s’aime, ça repart, et ainsi de suite.

La lassitude des sentiments

Ce temps qui nous pèse, ces habitudes qui s’installent et on continu l’air de rien. On ne se voit plus, on ne se séduit plus et c’est à peine si on se confie l’un à l’autre. Ces murs nous encerclent et nous renferment dans le silence sans qu’on ose avouer que rien n’est plus comme avant. Le poids du temps, des années, ont instauré cette distance bien trop difficile à ignorer…

On se demande si on est encore amoureux et si la flamme des débuts existe encore… Les doutes apparaissent, les questions s’entremêlent pour nous laisser seul sans aucune réponse. Ce n’est pas grave si je suis perdu sur la densité de mon amour, celui-ci reviendra tôt ou tard. On laisse faire le cours des choses et puis on verra demain ce qui se produira. Mais demain est similaire à la veille et on se rend compte que réellement, rien ne sera plus comme avant…

On décide d’agir et de ne plus jouer tous ces faux-semblants. Mais on à peur, on appréhende cette remise à zéro. Et puis on a mal, on s’en veut mais on sait au fond de nous, qu’on a plus le choix. On annonce à l’autre qu’on ne l’aime plus comme avant. Ainsi notre monde idyllique s’effondre comme les espérances d’amour s’éteignent pour devenir à nouveau des cœurs brisés… L’amour fait souffrir quoique l’on en dise…

Les sentiments viennent comme ils repartent et quand sonne la fin d’une histoire, c’est tout ce que l’on a bâti qui s’envole en mille morceaux.

L’amour à sens unique

Je l’aime et je ne peux me passer de sa présence… Sauf que lui/elle ne me voit comme une simple connaissance, un simple ami. J’ai beau tout faire pour que cette personne s’aperçoit de mes sentiments, elle s’obstine à faire semblant de ne rien voir. Faire le premier pas, j’ai essayé mais cet autre ne me remarque pas. Rien à faire, je ne suis pas celui ou celle qui fera battre son cœur.

Je me suis résigné à rester dans l’ombre et de ne jamais gâché cette si belle amitié. Mais malgré tout, je ne peux renier ce que je ressens. Cet amour restera à sens unique, car je n’ai le courage de lui avouer mes sentiments… Sauf que j’ai tenté l’impossible, j’ai tenté de tout lui confesser sans reculer, sans perdre davantage de temps. Cette personne a fait mine de ne rien répondre et m’a fait réalisé que je m’étais exposé à elle sans aucune protection. Ainsi, elle a réussi à me retirer le peu d’espoirs qu’il me restait.

Maintenant, je me retrouve seul avec ce rejet, ce refus de davantage me connaître. Suis-je plus nul qu’un autre ? Non, mais lui l’amour n’est pas toujours réciproque. Quand cela nous arrive, on s’en sent déboussolé mais on connaissait les règles du jeu : en amour c’est quitte ou double, soit c’est le jackpot soit c’est l’illusion.

Mais dans tous les cas, l’aventure en vaut le détour mais toujours savoir s’équiper avant d’affronter la partie…

Adieu mon amour…

On s’est aimé, oh oui que l’on s’est aimé. Tant d’années passées ensemble, qu’on n’arrive presque plus à les compter. On ne vivait jamais l’un sans l’autre. Jamais, car nous nous sommes trouvés et pour rien au monde, nous voudrions perdre cet amour au détriment de la nouveauté. Mais dans la vie, ce qui était merveilleux la veille peut se transformer en triste cauchemar le lendemain…

Ce matin ressemblait à tous ces autres, sauf que ces affaires n’étaient plus. Que s’est-il passé ? Où est-il ? Où est-elle ? Rien, plus aucune nouvelle. On essaye de joindre ce qu’on croyait être notre moitié mais en vain, aucune réponse. Et puis au fil du temps, on comprend que notre partenaire est parti, qu’il nous a quitté sans demi-tour possible… Il est déjà avec une autre personne et a refait sa vie, pendant que nous, on se morfondait sur son absence….

L’amour fait souffrir mais…

L’amour c’est un sentiment pur, incontrôlable qui peut nous tomber dessus n’importe quand. Quand on est amoureux, plus rien ne compte. On se sent épris, emporté par des nouvelles mélodies. On y croit et ça peut marcher. Oui, ça peut marcher mais faut toujours garder en tête que les épreuves en amour seront toujours au rendez-vous. Il faut s’avouer que vivre paisiblement en amour serait comme demander l’inconcevable.

Le parcours est semé d’embûches, c’est vrai, mais quand on aime vraiment et que c’est réciproque rien ne peut éteindre l’amour, rien mise à part les actes irréparables. Aimer c’est se donner la chance de goûter au bonheur mais aussi l’occasion de se prendre quelques balles en plein cœur mais malgré tout, le jeu en vaut la chandelle… L’amour fait souffrir, oui ! Mais pas toujours de manière brutale ou irrattrapable.

A nous d’y croire à juste mesure bien sûr sans en faire trop ni pas assez…