L’amour véritable, celui qui nous chamboule, nous bouscule et pour lequel on serait capable de remuer ciel et terre pour le vivre à l’infini. J’aimerais tant le rencontrer, le perdurer et qu’il ne me quitte plus jusqu’à la nuit des temps. Pourtant, depuis quelques années, je me demande s’il peut réellement exister, si vraiment on peut le côtoyer même qu’une SEULE fois dans sa vie. Proposer une définition type du véritable amour serait assez hardi car chacun possède ses propres aspirations et ses propres contours. Mais juste pour m’évader, pour rêver un laps de temps, je veux comprendre réellement qu’est ce que l’amour avec un grand A, selon mes songes de femme fleur bleue. Je précise que cela reste ma propre interprétation, que des milliers d’autres existent autant qu’il existera de gens qui croient en l’amour…

L’amour véritable ne s’explique pas

Quand on tombe éperdument amoureux, comment expliquer pourquoi ? L’amour véritable, c’est celui où le définir semble impossible car les mots nous manquent. On aime cette personne pour un tout et non pas pour des attraits particuliers. Ses qualités, ses défauts, on en à rien à faire. Tout ce qui compte c’est ce qu’on ressent à ses côtés. Ce sentiment où le monde nous sourit, où les soucis paraissent secondaires. On l’aime, on ne voit que par lui. Si on nous demanderait pourquoi, la seule chose qui nous viendrait à l’esprit, c’est tout simplement lui et pas un autre. Souvent, quand je demandais aux autres, qu’est ce qu’ils aimaient chez leur partenaire, ils me répondaient toujours par une tonne d’adjectifs. Il est beau, elle est intelligente, il est droit, elle est sérieuse…

Au fond, je les enviais. Je me disais qu’ils avaient trouvé leur âme-sœur. Et puis, j’ai décidé que moi aussi je trouverais mon double et que moi aussi j’énumérais, des qualités à ne plus finir. Sauf qu’un jour, j’ai réellement compris que tout cela n’était que superficiel car quand on aime, on aime un tout. On ne cherche pas à segmenter ce qu’on apprécie et ce qu’on apprécie moins chez celui qu’on aime. Alors, au fur et à mesure, j’ai assimilé que l’amour véritable, l’unique ne s’explique pas. Il se vit à 100 à l’heure et les raisons ? On s’en contrefiche. Tout ce qui compte, c’est notre cœur face à cet autre. Cet autre qui réussi à nous transporter sur des Terres inconnues en embaumant notre cœur d’un amour inconditionnel…

Malgré les aléas ou les épreuves, toi et moi toujours unis

J’admire ces couples qui restent unis malgré les tempêtes, le brouillard et les épreuves. Ils sont soudés et ne prennent pas la fuite pour des broutilles ou parce que l’herbe est plus verte ailleurs. Cette solidité dans leur couple est la base fondatrice de l’amour véritable. On a trouvé son double, alors pourquoi toujours rechercher mieux ailleurs ? J’ai toujours été déçue de ces hommes ou de ses femmes qui ne s’armaient pas face aux difficultés de la vie. Dès que leur soi-disant partenaire était dans la mouise, ils préféraient le laisser pour tenter de trouver quelqu’un de mieux. Honnêtement, ça me dégoûte et je déteste ce système de surconsommation.

« Tu foires, au suivant. Je n’ai pas de temps à perdre avec tes problèmes. » Comment peut-on se tirer, quand l’autre a tout perdu ?

L’amour véritable, c’est ce couple qui résiste à l’appel de la tentation. Qu’importe l’avenir et ses couleurs, eux s’aiment plus que tout. C’est ça qui me donne de l’espoir, m’imaginer que deux êtres peuvent s’unir pour le meilleur et surtout pour le pire. Qu’ils savent que leur terre est auprès de leur moitié et le reste ne leur importe peu. Voilà ce que j’attends de l’amour, de la complicité pour l’éternité. On s’est aimé une fois, alors on pourra s’aimer toute notre vie car notre amour est inlassable. Toi et moi, contre le cours de la vie, un point c’est tout !

L’un sans l’autre ça n’existe pas

Toi sans moi et moi sans toi, impossible. Je ne peux être loin de toi, car mon ancre est la fusion de nos deux cœurs. Je m’imagine avec cet autre, au fil des décennies, où rien ne viendra ternir nos sentiments. Où il ira, j’irai car sans lui c’est comme si le terme de l’amour perdait tout son sens. Son souffle, son sourire, son visage sont les seuls espérances de clarté qu’il me reste. Pour rien au monde, je pourrais renoncer à cet amour, car lui seul me donne cette impression d’exister dans les yeux de cet autre. Même si cela n’appartient que dans le monde des songes, l’amour véritable selon mes visions, c’est ce besoin d’être autant que possible avec cet être. On ne peut être loin l’un de l’autre sans risquer de perdre notre entrain à vivre.

Il est ma force quand je désespère et je suis son moteur quand il se perd. On ne s’imagine pas passer plus de quelques jours sans le reflet de ce bonheur inégalable. Chaque jour qui passe, accroître notre envie de tout partager. Le monde devient fou, tant pi, il me restera ses bras pour me protéger et me rappeler la réalité. Je n’ai plus peur d’avancer car je ne suis plus seule, je suis avec toi. Quand tu me regardes où que je sens ton corps contre le mien, je comprends que nous sommes devenus inséparables. Tu t’éloignes de moi, c’est tout mon monde que tu emporteras avec toi.

Tu tombes, je tombe

Quoi qu’il t’arrives, je serai là. Quand on aime profondément une personne, quelque soit les états-d’âmes du destin, s’il échoue, je le relèverai. S’il tombe bas, je tomberai avec lui pour être à son niveau et l’aider à remonter. Du jour au lendemain, on peut tout perdre. Devenir l’ombre de soi-même car plus rien ne nous appartient. On implore le ciel de nous redonner foi en lui mais rien n’y fait… Les gens nous abandonnent car nous ne sommes plus que le reflet du néant. Mais une seule personne ne te lâchera pas, c’est moi. Que tu sois sans un sou, sans boulot ou atteint de ces fichues maladies, je combattrais à tes côtés.

Si tu es malheureux, je serai malheureuse. Les jours où ton moral sera au plus bas, je trouverai ces mots pour te faire rire. Ces nuits où tu ne trouveras plus le sommeil à cause de tes maux, j’absorberai toutes tes pensées. Ces fois où tu voudras capituler, je te redonnerai la force de te battre comme jamais. Je suis ta force comme toi tu es mon repère. A nous deux, on affrontera vents et marrées. Qu’importe l’avenir, le présent ou notre passé, tout ce qui compte, c’est que nos deux âmes restent reliées à travers le temps et pour l’éternité.

Toi et personne d’autre

Mon idéal c’est toi, alors pourquoi vouloir chercher ailleurs pour défaire notre amour ? On pourra me tenter 1001 fois que je ne plierai pas. Quand on a trouvé cet amour véritable pourquoi prendre le risque de tout perdre pour un inconnu. Je sais qui tu es, je sais ce que gagne mon cœur a partagé ta vie, alors je n’abdiquerai pas. Tu peux croire que tout cela n’est que sottises et qu’à la moindre tentation, je m’esquiverai pour reconstruire dans d’autres bras, mais à quoi bon ? Te perdre et le regretter durant toute mon existence ? Cette erreur, je me l’épargnerai car toi seul a su rouvrir mon cœur pour de bon…

Je ne pense qu’à toi et ce, dès le départ. Les autres hommes, je ne les voient plus. C’est à peine si je les remarquent et crois-moi, quand je te dis ça !

L’amour à la haine

Je peux te haïr autant que je peux t’aimer à la seconde d’après. On se gueule dessus mais dès que je me retrouve seule, ma colère s’apaise car le manque de toi ne fait que ravager mes songes. Sans te mentir, souvent tu m’exaspères et combien de fois, si j’avais pu te secouer, je ne m’en serais pas privée. Je n’arrive jamais à te faire la tête longtemps car quand nos regards se croisent, je ne peux m’empêcher d’esquisser ce sourire qui me fait fondre à chaque fois. Pourtant me rendre folle, t’y arrives à la perfection…

J’ai compris que l’amour véritable n’est pas tout lisse sans encombres. Au contraire, quand on aime comme un fou une personne, elle seule, peut noircir en quelques secondes tout notre esprit. Elle nous énerve, elle nous agace, nous donne cette envie d’hurler, de crier impunément. La haine nous encercle pour s’atténuer dans les heures qui suivent. Rester fâchés tous les deux, on en est incapable. Même si nous ne sommes pas d’accord sur pas mal de sujets, on sait pertinemment que notre amour est bien plus important que nos disputes de couple.

« Je l’aime autant que je t’haine. »

Qu’importe ce qu’on dira de toi, ma place est auprès de toi

On peut nous juger, nous malmener et même nous boycotter, qu’importe je resterai auprès de toi. Je n’en ai rien à faire de plaire à quiconque, qu’on m’encourage à t’aimer. Car à la différence d’avant, l’avis des autres, je m’en contre balance. Je sais que je t’aime, je connais ta valeur et ce que tu m’apportes chaque jour qui passe. Donc pourquoi certains me sèmeraient le doute quand mon amour est plus que clair à ton égard. Pourquoi, je m’éloignerai de toi à cause de leurs dires alors que seule ta voix sait me guider.

Ils peuvent se délecter de notre relation, ils peuvent même m’injurier de tous les noms, je ne plierai pas. Mon entourage a décidé de se retourner contre notre amour, je ne céderai pas. Quiconque voudra se mettre à travers de notre chemin, je ne le verrai pas. Quand mon cœur, je le sens revivre depuis que tu es apparu dans ma vie, pourquoi devrais-je le laisser mourir pour donner raison à ces gens qui n’ont rien compris à l’amour véritable ?

Tes défauts m’exaspère mais qu’est ce que je t’aime

Je ne vais pas te mentir, tes défauts me rendent folle. Tes manies, je préfère même pas en parler. Mais malgré tout avec le recul, cela te rend encore plus beau à mes yeux. C’est vrai que je crise souvent du bordel, qui toi bizarrement t’importes peu. Souvent, tu m’énerves quand tu ne daignes même pas me prévenir quand tu rentres plus tard, de ce côté bohème que tu te donnes inlassablement. Même si je te le reproche constamment, je ne pourrais partir en t’abandonnant. Tes défauts, je les voient, ça je ne peux le nier. Mais au fond, ils font partis de toi, de ton charme et de ton authenticité.

Ne change pas, même si je te rappellerai à l’ordre tous les jours et que tu claqueras la porte par lassitude. Et comme toujours, tu reviendras tout penaud en t’excusant. Toi et moi, on a appris à s’accepter, à s’emboîter comme on était sans essayer de se changer. Le véritable amour n’oblige pas l’autre à devenir meilleur ou plus facile à vivre. Il permet justement de se suffire et d’oublier les failles de la personne que l’on aime quand sur tout le reste, on s’est trouvé…

Jusqu’à la fin des temps, nos deux êtres ne se sépareront jamais…

Les marques du temps ne me font pas peur. Jusqu’à nos 70 ans et plus, je te tiendrai la main en étant fière d’avoir parcouru tout ce parcours avec toi. Tu as été l’homme de ma vie, nous avons fondé notre famille. Toi et moi, on se regarde et la seule chose qui n’a pas changé : c’est cette symbiose de nos deux cœurs. Notre apparence ne compte pas car tout ce que l’on a vécu restera à jamais gravé dans nos mémoires. Et c’est ce que l’on s’apercevra à la fin du cycle de notre vie. Même dans l’au-delà ton être m’accompagnera et continuera de me protéger comme tu l’as si bien fait durant toutes ces années partagées.

Toute notre vie, nous avons été ensemble. Nous avons vu défilé des tas de décennies et notre constat aujourd’hui  : c’est qu’on a jamais réussi à se quitter, à se séparer pour l’éternité. On n’aurait jamais cru en arriver à cette si belle conclusion. Nous étions deux paumés de l’amour quand on s’est rencontré et maintenant nous en possédons toutes les clés. Je t’aime à la vie à la mort. Où tu seras, je serai. Rien ne nous éloignera.
Nos âmes, nos cœurs se sont trouvés, un point c’est tout, un point c’est toi !

L’amour véritable et pourquoi pas ? 

En écrivant ce texte, des larmes enfouies se sont échappées de mon cœur. Je me disais que cela pouvait bel et bien exister. Mais nous nous sommes tellement renfermés par peur de souffrir, que l’amour on l’a mis de côté. Peur de l’abandon, peur de l’engagement, peur de l’échec et d’innombrables craintes qui nous donnent l’envie de ne jamais vivre le grand amour. Mais je suis sûre que nous sommes tous capables de le rencontrer, de le vivre et de le faire perdurer à travers le temps. Pour cela, il faut prendre le risque et se laisser une chance de croire en l’autre mais surtout en soi. Car le réel problème vient de notre cœur et non pas celui des autres…